Le sceptisime scientifique: Définition et description.
Divers

Le scepticisme scientifique: Définition et description.

Définition

Le scepticisme scientifique, nommé aussi scepticisme rationnel ou scepticisme contemporain, est, philosophiquement une position épistémologique, éthiquement une déontologie circonspecte et pratiquement une attitude de doute cartésien vis-à-vis des allégations non étayées par des preuves empiriques ou par la reproductibilité. Cette démarche s’appuie sur la science et la pensée critique, et cherche à soumettre à la méthode expérimentale (lorsque cela est possible) les phénomènes dits « paranormaux », ou surnaturels. Les sceptiques soumettent ainsi au doute tant les théories du complot, les médecines non conventionnelles et, de manière plus générale, ce que la majeure partie de la communauté scientifique considère comme des pseudo-sciences, que les dérives idéologiques et méthodologiques consistant à transformer le doute cartésien en méthode hypercritique à des fins polémiques.

Description

Le scepticisme scientifique s’appuie sur l’esprit critique et la méthode scientifique, privilégiant l’évaluation des théories selon leur réfutabilité, la répétabilité des expériences et le principe de parcimonie (Rasoir d’Ockham) plutôt que d’accepter des déclarations ou des preuves anecdotiques, des théories irréfutables ou fondées sur la foi. Le scepticisme fait partie du cadre de la méthode scientifique, par exemple un résultat expérimental n’est pas considéré comme établi tant qu’il n’a pas été reproduit de façon indépendante. Les sceptiques concentrent souvent leurs critiques sur des affirmations jugées non plausibles, douteuses ou clairement en opposition avec les connaissances scientifiques établies. Les sujets généralement critiqués comprennent par exemple la parapsychologie, la voyance, l’astrologie, l’homéopathie, l’ufologie, la radiesthésie.

Les sceptiques considèrent que les phénomènes dits paranormaux devraient pouvoir être examinés de façon critique et objective et que les déclarations extraordinaires exigent des preuves extraordinaires avant de pouvoir être validées.

Le scepticisme scientifique se distingue du mouvement Fortéen, très populaire dans le monde anglophone, particulièrement en Angleterre, même s’il s’intéresse plus ou moins aux mêmes sujets.

Le scepticisme scientifique est différent du scepticisme philosophique tel qu’on le trouve chez Pyrrhon d’Élis par exemple, qui consiste à dire qu’on ne peut se déterminer sur la possibilité d’une accession à un savoir certain. Il s’agit plutôt d’une forme dérivée du doute méthodique de René Descartes ou encore du « scepticisme modéré » de David Hume.

Les différentes approches

Différentes approches existent, dont :

  • l’évaluation par les pairs, très couramment pratiquée dans l’édition scientifique et l’évaluation de la recherche scientifique.
  • des approches visant spécifiquement et proactivement à débusquer et mettre en évidence des erreurs, des omissions volontaires ou des manipulations, des trucs de prestidigitateurs, etc., avec un objectif de démystification (en anglais : debunk, d’où debunker) et ceux qui veulent étudier les thèses paranormales.
  • Certains sceptiques s’impliqueraient de manière plus politique ou médiatique pour promouvoir la science et ses principes, d’autres seraient plus orientés vers un humanisme séculier. Dans son article, Daniel Loxton, auteur de la rubrique Junior Skeptic dans le magazine Skeptic, argumente qu’il faut au contraire revenir à ce que certains considèrent comme les bases, le scepticisme à la James Randi, par exemple.
  • La zététique est une variante française du scepticisme scientifique, initiée par Henri Broch, fondateur avec Jacques Theodor (biologiste au CNRS) et Gérard Majax (prestidigitateur célèbre en France) du Défi zététique international. L’Observatoire Zététique affirme défendre une approche respectant la liberté de croire des tenants du paranormal, en évitant le dogmatisme et en se prononçant uniquement sur la validité des preuves et des raisonnements.

Critiques

Marcello Truzzi, premier codirigeant avec Paul Kurtz du CSICOP, s’est distancié du CSICOP et de certaines formes de critiques du courant sceptique qui, selon lui, auraient dérivé vers ce qu’il appela le pseudo-scepticisme. Ce concept caractériserait le fait de formuler des affirmations négatives sans accepter la charge de la preuve et, dans le champ du paranormal, la position selon laquelle toute donnée soutenant l’existence de phénomènes paranormaux est nécessairement frauduleuse ou mensongère. Truzzi décrit des chercheurs et des démystificateurs qui selon lui se prononçaient sur la validité d’affirmations avant de les avoir expérimentées. Il accusa le CSICOP d’avoir adopté un comportement de plus en plus antiscientifique. D’autres auteurs soutiennent cependant que le concept de pseudo-scepticisme servirait surtout aux tenants d’une ou l’autre pseudo-science pour dénigrer les sceptiques.

« En science, la charge de la preuve revient à celui qui affirme et plus une affirmation est extraordinaire, plus la charge de la preuve exigée est lourde. Le vrai sceptique a une attitude agnostique, c’est-à-dire qu’il considère une affirmation non prouvée plutôt que démontrée fausse. Il prétend que l’affirmation n’a pas été prouvée et que la science doit continuer à construire ses cartes conceptuelles cognitives d’analyse de la réalité sans tenir compte de l’affirmation. Tant que le vrai sceptique ne fait pas d’affirmation, il n’a rien à prouver. Il ne fait que continuer à utiliser les théories scientifiques établies par les sciences conventionnelles. Cependant, si le critique affirme que l’affirmation a été démontrée fausse, qu’il a une hypothèse négative – disons, par exemple, qu’un résultat d’un test psi est dû à un artefact –, il fait une affirmation et doit alors fournir la preuve de son assertion. »

Vous aimez cet article ?

Aimer également notre page Facebook pour rester informer des nouveaux articles et pour nous encourager à en écrire d’autre.

Sources et liens connexes

Scepticisme scientifique
wikipedia.fr

Share this:

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *